Cybersécurité : « Internet offre un sanctuaire à l’idéologie jihadiste », Jeune AFRIQUE, 2 novembre 2020

par : Céline CHANTEPY-TOUIL le Jeudi 14 Jan 2021 6:05

Après la décapitation du professeur français Samuel Paty, survenue après des campagnes de cyberharcèlement, Laurence Bindner, spécialiste des discours extrémistes en ligne, revient sur le rôle joué par le web dans le jihad.

N’y a-t-il qu’un pas du discours de haine en ligne au passage à l’acte ? La question est de nouveau posée depuis l’attaque ayant entraîné le décès par décapitation du professeur d’histoire-géograhie Samuel Paty, le 16 octobre, à Conflans-Sainte-Honorine, dans la banlieue ouest de Paris.

L’enseignant, après avoir montré des caricatures du prophète Mohammed lors d’un cours sur la liberté d’expression, avait été mis en cause par un parent d’élève sur Facebook dans une vidéo reprise en boucle sur les réseaux sociaux.

Des réseaux où les groupes jihadistes ont affiné leurs techniques de propagande et leurs outils pour mener à bien des attentats, avec des stratégies bien à eux. Laurence Bindner, cofondatrice de Jos Project, structure d’analyse des discours extrémistes en ligne, et du fil twitter Jihadoscope, nous décrypte les évolutions des propagandes sur le web du groupe État islamique (EI) et d’Al-Qaïda.


La Poudrière, Jean-Michel Décugis Pauline Guéna Marc Leplongeon, Grasset, janvier 2021

par : Céline CHANTEPY-TOUIL le Jeudi 14 Jan 2021 12:48

La radicalisation concerne aussi d'autres champs que l'islamisme radical....

L’ultra-droite est de retour, obsédée par la fin de la République. Des attentats se fomentent sur notre sol. Des groupuscules se montent partout ; gagnent la bataille idéologique ; pénètrent les principaux mouvements de contestations dans le pays, saccagent nos institutions, l’Arc de triomphe lors d’une manifestation des Gilets jaunes. Leurs relais sont médiatiques, littéraires, politiques. La thèse du  « grand remplacement »  de Renaud Camus a irrigué bien au-delà des rangs extrémistes, pour s’imposer dans le débat public. 
Ils sont de plus en plus nombreux, sur le territoire, à se radicaliser autour des thèmes du déclin de la France, des crises économiques et sociales, de l’abandon du pays aux musulmans, de la faiblesse de l’État, au point que les services de renseignement pensent désormais inéluctable un affrontement entre communautés, dessinant l’ébauche d’une future guerre civile. Y sommes-nous déjà ? La société craquelle, la «  dissidence  », elle, s’organise. Alain Soral, Dieudonné, Boris Le Lay et autre prêcheur de haine sont interdits de Youtube Facebook ou Twitter, avant d’être poursuivis en justice et de devenir des martyrs de leur cause. Leurs sites sont fermés, ils en ouvrent de nouveaux. Quand leurs mouvements sont  dissous, ils se reforment sous un autre nom. Actions coup de poing contre les immigrés – «  kebabs, mosquées, on en a assez !  », camps d’été survivalistes, projets d’attaques, fermes à trolls, propagande numérique, etc. La DGSI craint l’attaque de loups solitaires de l’ultradroite et relève avec inquiétude l’apparition d’une frange de militants identitaires qui leur étaient jusqu’alors inconnus.
Jean-Michel Décugis, Pauline Guéna et Marc Leplongeon les ont rencontrés et font parler ceux qui s’estiment être les «  Grands remplacés  ». C’est à une plongée inquiétante que nous invitent ici les auteurs de Mimi. Portraits, réseaux, généalogie du combat, entrée dans la clandestinité : le feu couve.
https://www.grasset.fr/livres/la-poudriere-9782246821472

La France a rapatrié 7 enfants de enfants de jihadistes détenus dans des camps du nord-est de la Syrie

par : Céline CHANTEPY-TOUIL le Mercredi 13 Jan 2021 10:47


La France a rapatrié, mercredi 13 janvier, sept enfants de jihadistes français du nord-est de la Syrie, sous contrôle des forces kurdes, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué. "Particulièrement vulnérables", ils ont été remis à leur arrivée en France aux "autorités judiciaires" et "pris en charge par les services sociaux", a-t-il ajouté.
Selon les informations de France Télévisions, ces enfants sont âgés de 2 à 11 ans, ont quitté la Syrie dimanche, et ont été rapatriés pour raison médicale ou en raison d'une vulnérabilité.

Au total, 35 enfants de jihadistes français ont été ramenés seuls de Syrie depuis l'effondrement du groupe Etat islamique en mars 2019. Mais d'autres sont revenus avec leurs parents.


https://www.francetvinfo.fr/france/jihadistes-francais/la-france-a-rapatrie-sept-jeunes-mineurs-du-nord-est-de-la-syrie_4255745.html

Négocier avec les djihadistes : une solution pour le Mali ?

par : Céline CHANTEPY-TOUIL le Lundi 4 Jan 2021 10:10

L'insécurité au Mali a gagné le cœur du Sahel et menace les États côtiers voisins. Elle a déjà provoqué 

8 000 morts environ, des millions de déplacés, la fermeture de milliers d'écoles, avec des attentats visant constamment les représentants de l'État et les autorités traditionnelles. 

Cette situation dramatique peut-elle trouver une issue en négociant avec les extrémistes violents ? La réponse à cette question exige de prendre conscience de plusieurs facteurs avec lesquels il faut compter. Nous allons les parcourir pour mieux comprendre.