Dernières Nouvelles

Pour un autre regard sur les radicalités à l'adolescence

Pour un autre regard sur les radicalités à l'adolescence

par Johann RONY,
Nombre de réponses : 0

Marie-Rose Moro est connue pour ses travaux autour de l’interculturalité. Directrice de la Maison des adolescents de Solenn, elle travaille également autour des thématiques de la prévention de la radicalisation.

Elle vient de sortir deux livres qui me semblent très pertinents quant à cette thématique et qui peuvent apporter une autre réflexion sur ce sujet.

Le 1er, co-écrit avec Philippe Gutton, sur qui nous avions déjà proposé une brève, s’intitule Quand l’adolescent s’engage. Radicalités et construction de soi. Sous forme d’un dialogue entre les deux spécialistes de l’adolescence, ce livre permet de repositionner cette question de la radicalité comme une fonction adolescente de construction de soi. Ils montrent combien le processus est différent pour chaque adolescent et que ces radicalités viennent répondre à une recherche d’absolu, d’idéal, de justice, mais aussi de pouvoir d’agir sur le monde, de volonté de transformer ce monde. Ils interrogent également la différence entre radicalité qui serait de l’ordre de l’engagement, et radicalisation qui aurait plus de similitudes avec un processus sectaire

Souvent au sein du DAPR et dans nos formations, nous insistons sur la dimension adolescente de ce processus, et cette importance d’y voir, entre autres choses, un besoin d’engagement du jeune, comme une quête effrénée de sens. Une réflexion à mener dans nos accompagnements pour permettre de porter un autre regard sur ces formes d’engagements en se posant la question de la fonction de ces expressions radicales… et un questionnement à avoir sur quelles offres proposer à ces jeunes pour leur permettre de répondre à ces besoins d’idéalités.

 

Le 2ème livre, et si nous aimions nos ados !, Mme Moro lance un appel à changer notre regard sur l’adolescence. Un certain discours sociétal véhiculerait une image négative de ces jeunes : ils seraient violents, apathiques, addicts, irrespectueux, etc. Et si nous changions de regard sur cette période de vie, et reconnaissions et les accompagnions dans leur capacité à avancer, à se tromper, et à se relever, leur envie de changer le monde, leur capacité à rêver, à inventer, à détruire et à reconstruire. Une invitation à un changement de posture face à ces adolescents que nous accompagnons au quotidien.

Sur ces deux thématiques, je vous invite à écouter (ou ré écouter) l’émission du 29/08/17 de l’heure bleue sur France inter, dans laquelle Marie-Rose Moro est invitée et propose cette réflexion.